papermiint-parentheses_une

Et des paillettes.

Cela fait deux ans, tout de même, qu’un peu plus sérieusement qu’avant je me suis autorisée à croire en mon petit rêve de gamine, ma petite lubie à moi, celle d’avoir un jour ma propre marque de papeterie. Cela fait deux ans que j’ai ouvert un tableau Excel avec marqué en titre inventaire et que j’ai rempli deux fois parce que le reste du temps, j’oublie, ou bien ça m’ennuie, ou bien les deux, mais souvent, c’est surtout parce que c’est pas sérieux, tout ça, hein, c’est pas sérieux. Cela fait deux ans que je trébuche de peur à chaque fois qu’on me demande si papermiint pourrait devenir ma vraie vie, mon vrai travail, parce qu’au fond de moi, je sais très bien que c’est ça que je veux, mais que ça fait peur, cela fait deux ans que je souris fort quand on me complimente et que ça fait très mal quand quelqu’un dit non. Continue reading →

automne-montreal-2

Comme d’habitude.

Il y a quelques jours, mes parents ont passé quelques jours à Montréal, petite escale pendant leur voyage. On en a profité pour avoir des débats importants, est-ce qu’on est expatriés pour une vie, ou pas, et puis des débats un peu moins importants, est-ce qu’on devrait interdire de boire de l’eau en cours, moi je dis que non, parce que je bois beaucoup d’eau, ma maman dit que oui, parce qu’elle boit peu d’eau et qu’elle est prof, alors nos débats étaient pas très avancés avec des arguments aussi forts.

Continue reading →

montreal-automne-1

Il s’est passé un mois.

Sans que je ne m’en rende vraiment compte, il s’est passé un mois depuis la ligne d’arrivée.

Un mois c’est long, un mois c’est très peu et en un mois, j’ai eu le temps d’être euphorique, de pleurnicher, de déprimer, de m’inscrire à des nouvelles courses, de me reposer, ou faire comme si, et de me demander ce que je faisais dans ce monde.

J’ai passé un mois à raconter, comme je pouvais raconter, avec un sourire un peu gêné mais tellement fier en même temps, oui oui, j’ai fait un marathon en entier, oui oui, c’était dur, mais c’était si bien et oui oui, je vais en refaire, oui oui. J’ai passé un mois à hésiter entre porter ma veste de finisher – moche, mais hey, c’est marqué finisher dessus – et la laisser dans mon placard – elle est moche, même si c’est marqué finisher dessus.

Continue reading →