article-simple-things_une

L’article dans le magazine | et puis un concours.

Il y a quelques semaines déjà, j’ai envoyé pour la première fois un texte commandé, pour une publication dans un magazine que j’aime énormément. Vous savez, en écrivant ça, je souris fort fort fort, et quand j’ai cliqué sur envoyer, mon texte en pièce jointe et beaucoup de points d’exclamations dans le corps du mail, il y avait un drôle de mélange entre une trouille absolue, une fierté à peine dissimulée, des doutes assez grands et une excitation totale.

Continue reading →

routine-huile-vegetale_une

Ma routine beauté à l’huile végétale

Disclaimer : ce billet est le billet le plus long de l’univers. Je ne m’en excuse pas, parce que j’avais réellement plein de trucs à dire, mais bon, allez peut-être vous faire un café avant de le lire. À la fin du billet – gros spoil – j’ai fait un petit récap’ des infos essentielles et je vous ai même fait un petit cadeau à imprimer.

Dans la vie, j’ai beaucoup de principes et d’idéaux, que j’arrive à appliquer plus ou moins scrupuleusement tous les jours. Faire de l’avocat ma nourriture de base en est un, par exemple, ne jamais traverser au feu rouge, oui, même quand on est en vélo et qu’on voit très bien qu’il n’y a aucun piéton qui va passer en est un autre, mais j’ai pas mal d’autres exemples (toujours baisser l’abattant des toilettes quand on fait pipi, avoir assez de chemises à carreaux pour chaque jour de l’année, ne pas accepter des bonbons des inconnus – sauf si on les a rencontrés sur Tinder, là, ça passe). Continue reading →

instants-voles_une

À ces instants volés au temps.

On s’était dit qu’on partirait tôt, pour avoir le temps, pour ne pas se presser, pas trop se dépêcher. Le temps de finir les sacs, le bazar étalé par terre, moi sur le swiss ball en rebondissant, C. en train de s’affairer pour trouver les pansements waterproof (les miens, certes avec des coccinelles dessus étaient très mignons, mais je doutais un peu de leur efficacité). On a bouclé les sacs, les boîtes de provisions, on a essuyé quelques remarques à propos de la quantité de barres de céréales qu’on embarquait, on a bouclé les ceintures, ouvert le toit (trois fois, parce qu’il était un peu capricieux) et on est partis pour cette course dont je ne parlerai pas, parce que c’était affreux. Continue reading →