Les 10 commandements de quand on part faire du ski.

(Et qu’on a prévu de dormir dans un refuge sans eau courante et sans électricité, juste comme ça, pour rigoler.)

1 – évidemment, se laver tous les jours est exclu quand les toilettes sont déjà à l’extérieur du refuge et que pour aller faire pipi, il faut enfiler un manteau et des bottes et une écharpe et un bonnet. Mais, si se laver le visage reste assez faisable, il faut oublier absolument l’idée de se laver les dents à l’eau chaude (et personnellement, je suis incapable de me laver les dents autrement qu’avec de l’eau chaude).

2 – inutile de surcharger la voiture avec des bagages inutiles de type tapis de yoga ou ukulélés – même si l’un des ukulélés a été acheté en chemin et un peu exprès pour les nuits dans le refuge. A priori, porter tout ceci sur des skis de fond est compliqué, à plus forte raison quand les pistes sont totalement verglacées.

3 – il faut aimer le riz. À la tomate, aux champignons, aux oignons, aux patates, aux brocolis, au brûlé, à tout. Parce que dans un refuge, avec un petit brûleur pour toute cuisine, il y aura du riz, no matter what.

4 – ne pas laisser sécher la sauce tomate dans l’assiette le soir en allant se coucher, sous le simple prétexte que pour faire la vaisselle, il faut d’abord faire fondre de la neige dans la casserole qui est déjà sale et que bon, là franchement, on a surtout envie de finir la bouteille de vin tranquillement sans trop se soucier du reste
Faites quand même un effort, le lendemain c’est un peu compliqué à nettoyer – même avec des branches de sapin en guise d’éponge (ça, c’était mon idée, je me suis trouvée vraiment brillante et super débrouillarde et inventive)(c’est pas si efficace que ça, pour tout vous avouer).

5 – être prêt à devoir porter une lampe frontale pour aller faire pipi et ne pas sortir du refuge sans dire à É. que si je suis pas revenue dans 10 minutes c’est qu’un des loups qui criait trente minutes plus tôt est passé par là, pas que mon envie de pipi était vraiment intense.

6 – Ne. Pas. Oublier. Le. Tire-bouchon. À. Montréal. (C’était ma seule mission, j’ai lamentablement échoué.)

quebec_mont-orford-2

7 – choisir soigneusement l’endroit où aller récolter la neige qu’on va faire fondre (et qui va servir à se laver les dents à l’eau chaude, s’il en reste après le riz). Sous les sapins, c’est une mauvaise idée, derrière les poubelles, c’est une mauvaise idée, sous le balcon, là on se rince les dents, c’est une mauvaise idée.

8 – dans le cas où la personne qui est allée choisir l’endroit où récolter la neige à faire fondre est un peu stupide (ou vraisemblablement, citadine et pas franchement habituée à gratter le sol avec une casserole)(c’était moi, là), avoir une pince à épiler pour ôter les épines de sapin qui flottent dans l’eau peut s’avérer utile. Évidemment, vous pouvez aussi penser à prendre une passoire au préalable, mais entre le tapis de yoga et ça, vous avez fait votre choix.

9 – bien sûr, prévoyez des bougies. En revanche, ne les choisissez pas juste « parce que la mèche est en bois alors ça crépite et ça va accentuer encore plus le côté refuge dans la forêt » si vous n’avez toutefois pas vérifié avant que la mèche en bois qui crépite et qui va accentuer encore plus le côté refuge dans la forêt brûle effectivement. Vous risquez dans ce cas de vous faire détester parce que franchement, Camille, ton seul rôle dans cette affaire était de penser aux bougies et la seule chose que tu rapportes est une bougie qui tient allumée sept secondes.

10 – organisez-vous pour partir faire du ski de fond à un moment de l’année où la météo est favorable. C’est à dire n’importe quand pendant l’hiver québecois, sauf la fin du mois de jamvier 2016, soit exactement le week end que nous avons choisi. Dans le cas où vous êtes vraiment tombé sur le seul hiver de crotte où la neige ne tombe pas et qu’il fait des températures positives en février, prévoyez de séjourner pas loin de petits villages mignons, dans lesquels vous pourrez boire du thé, en profiter pour aller aux toilettes sans lampe frontale (je sais, je parle trop de cette affaire de pipi à la lampe frontale), pour manger des cookies et pour acheter un tire-bouchon.

montorford_4

montorford_2

8 Comments

  1. Comme je pars au ski bientôt, je garde tous ces bons conseils ! Merci de les partager avec humour et bonne humeur, ça avait l’air d’être un très chouette weekend malgré tout, et ce sont les anecdotes qui font qu’on s’en souviendra longtemps. Le chalet avait l’air top (et je t’imagine assez bien sur tes skis avec ukulélé dans une main, bougies dans une autre et tapis de yoga sous les bras)(c’est drôlement chouette de te retrouver par ici !)

    Répondre

    1. Oui, c’était vraiment un chouette week end, puis l’essentiel, c’était quand même qu’on a ri, et quand on est avec des amis, le reste, on s’en fiche un peu !
      (Et le ukulélé, c’était vraiment une vaste blague, on en a joué en tout et pour tout 15 minutes.)

      Répondre

  2. Personnellement, je suis une grosse précieuse, alors l’idée d’aller plusieurs jours/nuits dans un refuge où j’ai pas la possibilité de me doucher ne m’aurait absolument pas enchanté… Et quand je suis pas enchantée, je me plains beaucoup (beaucoup trop). Et je saoule beaucoup (beaucoup trop).
    Mais bon, cela avait quand même l’air d’être un chouette week-end, on sent poindre ton sourire derrière tes péripéties montagnardes, c’est toujours chouette à lire 🙂

    Répondre

  3. Ben moi j’ai jamais skié de toute ma vie, et je compte sur les doigts d’une seule main les fois où j’ai marché dans la neige. (Donc je compte sur les doigts de rien du tout les fois où je me suis lavé les dents avec.) (Cela dit, je me lave toujours les dents à l’eau froide. À l’eau chaude, j’ai l’impression que c’est pas bon.) J’ai jamais dormi dans un refuge, mais j’ai (souvent) mangé du riz au brûlé. J’ai essayé de faire cuire des pâtes à l’eau de mer, aussi, et il ne faut surtout pas le faire, c’est infâme.
    (Et voilà, suite à ton article, j’ai très envie d’essayer de faire pipi avec une lampe frontale un jour.)

    Répondre

  4. Ma petite vessie et mon côté trouillarde n’aurait pas fait bon ménage dans ce refuge.
    Sinon, ça avait l’air d’être très chouette et tu m’as donné très très envie de m’acheter une bougie avec une mèche qui crépite.

    Répondre

  5. Il était effectivement divin ce moment. STP, continue de te mettre dans des situations impossibles… et surtout, ne manque jamais une occasion de nous les raconter.

    Répondre

  6. Le coup de l’assiette à nettoyer de suite, c’est valable aussi même si on a une éponge et un évier. J’essaye de l’appliquer mais c’est pas facile.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *