Antidote Superalimentation

Cela fait une petite éternité que je veux vous parler de ces endroits de Montréal qui sont vraiment chouettes, mais, sans vous refaire tout mon petit discours qui dit que j’ai vraiment le temps en ce moment parce que c’est compliqué, bon, et bien quand même en ce moment, c’est compliqué et je n’ai pas encore eu la chance de prendre le temps de raconter comment j’ai mangé les meilleurs scones aux épinards et comment j’ai bu le meilleur latté au lait d’amande maison de ma vie. Continue reading →

Barres tendres à la patate douce | véganes

Ici, on dit des barres tendres pour parler des barres de céréales. Il m’a fallu un petit moment pour comprendre de quoi on parlait quand on m’en proposait, mais quand même, comme je m’adapte très facilement (j’arrive à placer pantoute dans une phrase sans que ça sonne faux)(je suis terriblement fière de moi sur ce coup, parce qu’il m’aura vraiment fallu une écoute intensive des Québécois de mon cœur pour comprendre les cas précis où ça fittait dans la conversation et plusieurs essais complètement à côté de la plaque qui m’ont fait essuyer des moqueries intenses avant d’y arriver)(et encore, j’hésite parfois avant de le jeter dans une phrase), mais enfin, comme je m’adapte facilement je disais, maintenant je dis des barres tendres aussi. Tsé. Continue reading →

Les angoissantes nourritures.

Moi, je voudrais savoir à partir de quel moment ça a été si compliqué de manger. Je veux dire, on est tout le temps, tout le temps entourés de message de c’est trop gras, c’est trop sucré, c’est trop saturé, y’a pas assez de fibres, et tes protéines, elles sont où, tes protéines, dis, et puis pourquoi on devrait arrêter de manger du pain blanc et pourquoi maintenant, je passe deux heures à faire mon épicerie parce que le temps de lire toutes les étiquettes des rares produits non bruts que j’achète, et ben il s’est passé assez de temps pour aller faire dix sept fois le tour de mon pâté de maison en courant. Continue reading →