Antidote Superalimentation

Cela fait une petite éternité que je veux vous parler de ces endroits de Montréal qui sont vraiment chouettes, mais, sans vous refaire tout mon petit discours qui dit que j’ai vraiment le temps en ce moment parce que c’est compliqué, bon, et bien quand même en ce moment, c’est compliqué et je n’ai pas encore eu la chance de prendre le temps de raconter comment j’ai mangé les meilleurs scones aux épinards et comment j’ai bu le meilleur latté au lait d’amande maison de ma vie.

Mais, petit miracle, j’ai réussi à finir la petite carte de Montréal que je voulais absolument inclure dans mon city-guide, parce que si vous saviez à quel point j’aime dessiner des cartes et bien vous sauriez. Donc voilà, j’ai fini ça, alors je peux commencer à vous parler de ces endroits avec des jolies (je crois) illustrations et tout rassembler quelque part.

trait_mint

Depuis que je suis (re)devenue végétalienne (je vous expliquerai un autre jour le cheminement de ma vie), j’ai rencontré quelques petites difficultés à trouver des endroits où je peux aller les yeux fermés, sans devoir traquer dans le menu si tel ou tel truc a été cuit dans du beurre.
Alors quand je sais qu’il y a des endroits absolument merveilleux comme Antidote, ce petit comptoir végane dans Hochelaga, qui est un quartier au bout du monde, mais pour des scones, on y va quand même, j’applaudis à deux mains – et je me jette sur les scones, donc.

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

Antidote, c’est l’histoire de Chuck Pépin et Élise Bellerose, respectivement travaillant dans le web et dans la restauration et véganes depuis quelques années, qui ont eu envie de repenser un peu l’épicerie. Partant de leur expérience que tout végétalien connaît, qui consiste à passer des heures à lire toutes les étiquettes au supermarché pour vérifier qu’il n’y a pas de cochonnerie cachée dedans, ils se sont dit que ce serait drôlement chouette, tsé, si y’avait une place où on aurait pas à vérifier la liste d’ingrédients, puisque tout serait sélectionné en amont.

Le tout agrémenté d’un comptoir végane, avec des jus, des smoothies, des petites choses parfaites à manger et quelques boissons chaudes.

Une levée de fonds plus tard, c’était parti : Antidote Superalimentation est né. Cette histoire de levée de fonds rajoute encore un cœur à la liste des choses qui m’ont fait aimer l’endroit, parce que vous savez à quel point les histoires comme ça me touchent.
Outre la promotion de l’alimentation végane (ils y arrivent très bien), ils fonctionnent sur un mode quasiment zéro déchet et la majorité de leurs produits sont biologiques – parce que je vous rappelle, à toutes fins utiles, que végétalien ne veut pas dire biologique et que végétalien ne veut pas non plus dire santé/healthy, parce qu’on peut très bien manger que des frites et des Oréo (oui, c’est végétalien) et c’est pas vraiment équilibré non plus.

Voilà pour l’histoire et mes petites digressions importantes.

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

Dans l’assiette, ce sont des bagels, des wraps, une assiette brunch et quelques pâtisseries. La carte n’est pas très longue, mais c’est très bien comme ça. Les prix sont tout à fait corrects – sauf pour les smoothies, mais je trouve ça toujours très indécent, le prix des smoothies et le service est très chouette (mais ça, je devrais même plus le préciser, depuis que je suis arrivée à Montréal, je crois que je n’ai jamais été déçue par le service dans un resto)(ça m’émerveille encore).

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

Et, le scone aux épinards. La seule chose qui me manque profondément depuis que je suis végétalienne, ce sont les scones. Je m’en fiche un peu du fromage, j’ai réussi à me sevrer (mais je mange des tas de guacamole et du houmous à tout et n’importe quoi pour compenser la texture doudou et grassouillette du fromage), mais les scones, c’était compliqué. Le côté friable est obtenu avec le beurre froid et quand j’en faisais avec de l’huile de coco, ça donnait jamais le bon résultat et j’étais désespérée parce qu’une vie sans scone, à mon avis, c’est vraiment moins chouette qu’une vie avec des scones et oh là là, j’ai très faim et quand même, j’ai fini par mettre au point une recette qui fait vraiment bien la blague pour une envie pressante de scone.

J’en profite pour vous glisser cette information importante, si vous habitez à Paris, les meilleurs scones-pas-végétaliens-de-la-vie-entière, et je pèse mes mots, sont chez Gontran Cherrier.

Enfin. Les scones de chez Antidote viennent de chez Sophie Sucrée, endroit où je ne suis pas encore allée alors que vraiment pas très loin de chez moi, mais je ne manquerai pas de vous tenir informés si j’y vais.

En attendant, allez manger des bagels style « saumon fumé » parce qu’ils sont à se taper le cul par terre et j’ai pas vraiment l’habitude d’employer des expressions avec des mots vulgaires dedans comme ça, alors si je le fais, c’est que c’est important.

infos-pratiques

map montreal_hochelag

map-antidote

Site web | facebook | instagram

Ouvert tous les jours de 9h à 21h
Livraison à vélo dans le quartier

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

antidote-comptoir-vegan-montreal

 

antidote-comptoir-vegan-montreal

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3 Comments

  1. Je me dois d’aller goûter les scones de Gontran cherier maintenant à défaut de pouvoir aller déjeuner chez antidodte tout de suite.
    Cette adresse semble tellement chouette.
    A Paris, le Bichat est une de mes adresses favorites pour manger végétarien avec des produits locaux.

    Répondre

  2. OMG je crois que je veux retourner à Montréal juste pour qu’on aille là bas, ça a l’air délicieux !
    (Et dire que j’ai habité dans ce quartier là, pas très loin, mais ça ne devait pas exister à l’époque…)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *