mont-orford_une1

Le week end dans la forêt #1

On a donc décidé avec E. de partir trois jours dans un refuge, pour faire du ski de fond. Le ski de fond, j’ai commencé ça cette année (c’est à dire, j’en ai fait deux fois) et j’aime beaucoup ça. C’est presque aussi chouette que le snowboard, mais ça a ce gros gros avantage de pouvoir être pratiqué au parc du Mont-Royal et sans devoir faire une hypothèque avant d’aller prendre une pass pour deux heures dans une station de montagne (on pourrait croire que vu la quantité de neige qu’il tombe chaque hiver au Québec, les sports d’hiver de type ski alpin, snow – vous ai-je déjà mentionné qu’on dit planche à neige, ici ? – et toute autre activité du genre seraient peu dispendieuses, mais en fait trop pas, c’est super cher).

Enfin bref, E. avait des vacances à prendre, moi pas du tout, mais j’avais un besoin impérieux de quitter la ville, de fermer mon téléphone et de déconnecter Facebook-Gmail-Twitter, parce qu’entre le travail, papermiint, un mois de janvier pas exactement facile à gérer, une météo maussade et d’autres petites affaires diverses, je faisais la gueule et j’avais besoin de voir le ciel un peu plus grand qu’à Montréal.

On a donc pris la voiture un dimanche pas exactement matin – y’avait BodyPump, mais finalement y’a eu grasse mat’ – en embarquant Enrico mon ukulélé, beaucoup trop de lingettes démaquillantes pour quelqu’un qui se dit écolo si vous voulez mon avis (mais c’était plus fort que moi), des clémentines pour les vitamines, du vin et des sacs à dos bien trop gros pour deux filles qui vont juste faire de la randonnée pendant trois jours.

mont orford-cantons de l'est-estrie

mont orford-cantons de l'est-estrie

mont orford-cantons de l'est-estrie

On est arrivées juste avant la tombée de la nuit, le temps d’aller acheter des trucs pour rendre le riz un peu plus fancy et pour charger encore plus les sacs à dos, on a garé la voiture, chaussé les skis et on est parties. Le refuge se trouvant à 2 kilomètres de là, c’était un jeu d’enfant. Enfin, ça aurait été un jeu d’enfant si le sol n’avait pas été entièrement verglacé, que nos sacs à dos n’avaient pas été si lourds, qu’on avait pas eu autant de sacs à dos aussi, d’ailleurs, si les lampes frontales éclairaient mieux, si c’était moins en pente, et tout ça. Bref, après le petit pont (quatorze mètres skiés, si vous voulez mon approximation de distance), on a décidé de faire plutôt tout ça en marchant, ça nous servira de chemin d’éclaireur, on a dit.

Arrivées au refuge, une petite famille fort sympathique prenait sa collation (j’aime tellement ce mot que je le colle partout, même si honnêtement, on se contrefiche un peu de ce détail), on dort pas ici nous a dit le papa, on repart bientôt, on a dit que d’accord, et comme il nous regardait avec des grands yeux quand on posait nos gros sacs, on s’est justifiées, on reste une semaine on a dit. Ah, il a dit, puis après il a dit, avec l’expérience, on s’encombre plus de choses inutiles, je ne sais pas trop s’il a dit ça quand on a sorti les bouteilles de vin ou l’assortiment d’épices qu’E. avait prévu, toujours dans l’optique de rendre le riz plus fancy.

On a décidé de s’organiser, E. s’est occupée d’ouvrir le vin, moi je suis allée faire pipi, j’ai mis ma lampe frontale, mon manteau, mes bottes, j’ai eu froid et en rentrant, j’ai décidé de ne pas boire d’eau du séjour, pour éviter d’avoir trop souvent envie de faire pipi. On est ensuite allées chercher de la neige à faire fondre, ainsi que vous avez pu le lire dans le précédent billet, j’ai surtout rapporté des aiguilles de sapin et des petits bouts d’écorce, j’ai donc passé environ trente minutes avec une pince à épiler à tâcher d’éclaircir l’eau qui allait nous servir pour environ tout. C’est une école de patience – mais c’était chiant (mais je pensais surtout à la super story sur Snapchat que j’allais pouvoir faire).

On a mangé un fabuleux repas à base de riz et de champignons légèrement caoutchouteux, mais comme le lendemain, j’allais faire brûler le riz aux brocolis, avec le recul, ce premier souper était fantastique. Comme on avait oublié le tire-bouchon à Montréal (le on, c’est moi, ici), on était allées acheter du vin « qui se dévisse », c’est à dire du vin dégueulasse, en fait, mais ça passait parce que moi j’étais déjà effrayée à l’idée de ne pas pouvoir me doucher le lendemain matin, alors vous savez, face à ça, boire du vin infâme dans une tasse Le Roi Lion, c’est pas si grave.

Je peux survivre à un matin sans café, mais je peux difficilement survivre à un matin sans douche.

mont orford-cantons de l'est-estrie

tourisme_mont-orford-2

mont orford-cantons de l'est-estrie

mont orford-cantons de l'est-estrie

mont orford-cantons de l'est-estrie

mont orford-cantons de l'est-estrie

mont orford-cantons de l'est-estrie

(Demain – ou peut-être dans deux mois, qui sait – vous saurez si j’ai réussi à survivre à cette première nuit et première matinée sans me doucher.)

7 Comments

  1. Je compatis, un matin sans manger, boire, pas de souci mais un matin sans douche : l’horreur !
    J’avais étonné d’apprendre que le ski alpin ou la planche à neige, étaient des activités aussi onéreuses au Canada. Comme tu dis vu la quantité de neige et de montagnes, on s’attend à ce que ce soit plus accessible.
    Je trouve ça très cher en France mais au final j’ai l’impression qu’on est parmi les mieux lotis.
    J’attends la suite maintenant, savoir dans quel état tu as survécu à tout ça 🙂

    Répondre

    1. Ah mais oui, c’est vraiment hors de prix ce genre de choses ici. En fait, tout est assez cher au Québec, je ne sais pas trop comment c’est dans les autres provinces pour le coup, mais ici, TOUT est cher. Sauf peut-être la bière (c’est con, j’aime pas ça). Mais du coup, le ski et le snow, c’est juste intéressant si t’as ton équipement et que t’as un chalet près d’une station, auquel cas les pass sont rentabilisées vite. Sinon, bah non !

      Répondre

    1. Oui, heureusement ! Même très bien chauffé, c’était au début ma plus grande crainte – pas que j’aime quand il fait très chaud, mais bon, être obligé de garder son manteau pour dormir, ça me fait pas trop rêver. Il y a un poêle avec un thermostat qui chauffe très vite, en 15 minutes environ il faisait 24-25°C quand on revenait le soir après la journée sans chauffage !

      Répondre

  2. J’ai beaucoup aimé la photo de la casserole et ça donne bien envie d’aller voir la neige un billet comme ça ! D’ailleurs , c’est comment le ski de fond ? Parce que le ski je suis vraiment pas très douée (et j’ai le vertige quand la pente est trop pentue) mais le ski de fond ça avait l’air plutôt sympa !

    Répondre

    1. C’est vraiment super chouette, le ski de fond. C’est plus ou moins physique si tu choisis des parcours qui montent au lieu du plat, mais c’est vraiment super agréable, tu vas à ton rythme, tu as le temps de lever les yeux pour regarder le paysage, tu peux faire des vraies grandes balades disons plus intéressantes que juste descendre des pistes (bon, après je suppose que quand on a le niveau en ski alpin pour faire du hors piste, mon argumentation ici est bancale, mais bon).
      Si tu as l’occasion d’essayer, fonce !

      Répondre

  3. […] Quand on est parties faire de la randonnée dans la neige mais en fait c’était de la glace et pas de la neige, j’avais dit, super enthousiaste, que j’allais m’occuper de faire des barres tendres, ça fait longtemps que j’ai envie d’en faire alors ça me donnera l’occasion. E. m’avait regardée un peu incertaine – j’ai cette manie assez détestable de m’emballer très facilement pour ensuite décréter que j’ai pas trop eu le temps cette semaine de cuisiner, mais j’avais promis-promis-promis de les faire. Elle a dit d’accord, je ferai quand même du granola, et elle m’a laissée aller à mes recherches culinaires. Ses granolas, soit dit en passant, étaient les trucs les plus extraordinaires du monde, qu’on a goulument dévorés sur les sièges de la voiture. […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *