routine-huile-vegetale_une

Ma routine beauté à l’huile végétale

Disclaimer : ce billet est le billet le plus long de l’univers. Je ne m’en excuse pas, parce que j’avais réellement plein de trucs à dire, mais bon, allez peut-être vous faire un café avant de le lire. À la fin du billet – gros spoil – j’ai fait un petit récap’ des infos essentielles et je vous ai même fait un petit cadeau à imprimer.

Dans la vie, j’ai beaucoup de principes et d’idéaux, que j’arrive à appliquer plus ou moins scrupuleusement tous les jours. Faire de l’avocat ma nourriture de base en est un, par exemple, ne jamais traverser au feu rouge, oui, même quand on est en vélo et qu’on voit très bien qu’il n’y a aucun piéton qui va passer en est un autre, mais j’ai pas mal d’autres exemples (toujours baisser l’abattant des toilettes quand on fait pipi, avoir assez de chemises à carreaux pour chaque jour de l’année, ne pas accepter des bonbons des inconnus – sauf si on les a rencontrés sur Tinder, là, ça passe).

Je suis assez à cheval sur tout ça, mais comme je suis loin d’être parfaite, parfois, j’oublie et je ne mange pas d’avocat pendant plus de cinq jours ou je tourne à droite au feu rouge. Mais il y a une chose sur laquelle, jamais, jamais, jamais, je n’ai failli, c’est le démaquillage. Je ne sais plus vraiment à quel endroit j’avais lu ce conseil beauté primordial de toujours se coucher en étant démaquillée (peut-être au Club Barbie ? J’avais été inscrite pendant un mois, je me souviens aussi du conseil parfait pour appliquer un vernis, toujours commencer par le milieu puis deux petites bandes sur le côté)(oui, c’est un conseil de bon sens, mais j’étais enfant et ça me paraissait vraiment fou de vérité puisque je suppose qu’à l’époque, je barbouillais mes ongles comme on colorie des mandalas).

Même à l’UCPA, en rentrant de cette fameuse dernière soirée, à 5h du matin, passablement alcoolisée, même s’il me fallait pour ça réveiller M. (en fait c’était surtout pour débriefer, mais enfin), même si ça prenait deux fois plus de temps, parce que je faisais tomber le coton quatre fois avant d’y arriver, ou que ça risquait de réveiller notre coloc de chambre (elle était pas vraiment sympa, mais quand même, c’est pas une raison pour réveiller quelqu’un), je me suis démaquillée. Dans mon expérience de démaquillage, il n’y a eu qu’une seule fois où je ne me suis pas démaquillée, mais c’est que j’étais allée me coucher à 22h parce que j’avais déjà vomi les 6 mojitos, 4 shooters et 5 sangrias avalées en moins de deux heures, et que je m’étais relevée après une sieste de 2 heures, fraîche comme tout – et toujours maquillée, grâce au Ciel (c’était encore à l’UCPA).

huiles-vegetales_9

Mais voilà, oui, depuis que je me maquille, tous les soirs, je me démaquille. Même si je ne me suis pas maquillée, d’ailleurs. Je suis incapable d’aller me coucher avec la peau sale, j’ai bien essayé quelques fois, tsé, quand t’essaies de faire un peu que t’es super cool et que t’as pas de principes de vie, mais ça a jamais marché, et je passais une heure à me répéter de lâcher prise, une autre heure à me trouver stupide d’essayer de combattre mes principes, pour enfin me lever et aller me démaquiller, en pestant parce que franchement j’aurais pu gagner deux heures de sommeil au lieu de faire semblant d’être trop cool et de m’en foutre de mes pores bouchés. Hein, voilà.

Ça fait environ 2 ou 3 ans (pardon sur les approximations de dates, mais je pensais pas faire un récapitulatif de ma vie comme ça) que je me démaquille exclusivement à l’huile végétale, après avoir été abonnée pendant des années au démaquillant bi-phasé et vraiment trop gras et qui est chiant à devoir être secoué avant chaque utilisation puis à l’eau micellaire mais vraiment pas assez efficace. Et puis j’ai les yeux hyper-sensibles (comme dans vraiment hyper-sensibles), alors dès que j’utilise un coton à démaquiller, je pleure pendant six heures.

huiles-vegetales_5

J’ai testé tout un tas d’huiles de marques cosmétiques, et puis je me suis trouvée ben ben stupide à chercher absolument une huile potentiellement remplie de trucs pas jolis à voir alors que la nature, cette merveilleuse invention, a mis à notre disposition des huiles végétales, comme ça, pof, sans rien faire d’autre.

Après pas mal d’essais et de recherches assidues (je suis particulièrement douée pour mener à bien des fouilles dans l’internet mondial sur des sujets futiles alors que j’ai des faire-parts à faire, un catalogue à finir, un planning à finaliser et une reco à préparer), j’ai balancé à la poubelle toutes mes huiles pleines de cochonneries minérales et pétrochimiques pour aller au petit magasin bio du coin et rapporter un pot d’huile de coco.

Ça a changé ma vie, ni plus ni moins. Enfin, en tous cas, mes soirs et mes démaquillages. Comme j’ai eu beaucoup (au nombre de deux, mais très importantes) de demandes pour expliquer ma routine de démaquillage à l’huile végétale, la voici, après cette introduction atrocément longue.

trait_mint

1 – le démaquillage à l’huile

Je parlais de l’huile de coco, mais j’utilise maintenant d’autres huiles : l’huile de coco étant plutôt comédogène, j’ai préféré changer. En ce moment, j’alterne entre l’huile de pépins de raisin et l’huile de noisette.
J’utilise l’équivalent d’une cuillère à café à peu près, que je fais chauffer entre mes paumes. J’applique l’huile sur le visage, et je masse ensuite – moment délicieux – du bout des doigts en insistant un peu sur les cils si j’étais maquillée. Une fois que j’ai l’air d’un panda parce que le mascara a coulé partout, je masse encore un peu parce que c’est vraiment génial comme sensation et je passe au nettoyage.

2 – le nettoyage

J’émulsionne l’huile avec de l’eau tiède, et toujours du bout des doigts, je masse encore un peu. Je suis désolée, mais le massage du visage est devenu une sorte de drogue tellement ça fait du bien. J’utilise ensuite un nettoyant doux pour le visage. En ce moment j’utilise celui de Neutrogena Naturals (je ne sais pas si cette gamme existe en France, je ne l’avais jamais vue avant d’arriver à Montréal)(enfin, vous, vous avez des Bensimon, des pass de métro qui coûtent pas un demi salaire et vous pouvez acheter du bon vin au supermarché alors ce n’est que justice), qui est très bien et sans cochonnerie dedans, mais que je vais changer dès qu’elle se termine parce que, je vous en reparlerai, je voudrais passer au savon solide.

3 – l’hydratation

Une fois que mon visage est tout propre, je passe une petite serviette propre – j’insiste là dessus, j’ai acheté une petite douzaine de micro serviettes pour le visage, comme ça je peux en changer à chaque fois et c’est très bien, ensuite je passe la main pour enlever les petites peluches de serviettes le cas échéant et j’hydrate, encore à l’huile végétale.
J’utilise l’huile de pépins de raisin pour tous les jours, elle est assez peu chère et se trouve assez facilement, mais pour les soirs où je sens que j’ai la peau qui tire un peu plus, j’utilise en alternance l’huile de noisette et l’huile de macadamia. Quelques gouttes d’huile dans le creux de la main, je fais légèrement chauffer entre mes mains et j’applique, en massant longuement sur le visage et le cou. Je termine en tapotant avec un petit mouchoir sur la zone T, pour enlever l’excédent d’huile, et je peux aller me coucher l’esprit léger.

Deux à trois fois par semaine, je rajoute à mon huile végétale quelques gouttes d’huile essentielle de citron*, parce que c’est anti-bactérien et que ça rend la peau terriblement impeccable. Attention en revanche, l’HE de citron est photosensible, alors à réserver pour le soir uniquement !

trait_mint

 

huiles_proprietes-pepins-de-raisin

huiles_proprietes-noisette

huiles_proprietes-macadamia

huiles_proprietes-jojoba

Voilà. C’est, je pense, le billet le plus long de l’univers pour raconter une routine, mais j’avais des tas de trucs à dire. Racontez-moi si vous vous démaquillez à l’huile, si vous vous démaquillez bien tous les soirs (le ciel peut vous tomber sur la tête sinon).

*ATTENTION ! L’usage des huiles essentielles n’est pas anodin. Faites un test sur un petit bout de la peau (le creux du coude, c’est parfait) 24h avant, pour mettre de côté toute réaction indésirable. N’utilisez jamais les huiles essentielles pures – sauf indication contraire, et renseignez-vous plutôt mille fois qu’une avant de les utiliser, j’insiste vraiment.

huiles-vegetales_7

huiles-vegetales_3

Le coin pratique

l’indice comédogène des huiles

Je l’évoquais un peu plus haut, les huiles végétales ont un indice comédogène plus ou moins élevé, c’est-à-dire qu’elles vont plus ou moins boucher les pores de la peau, ce qui favorisera l’apparition de petits boutons. Chaque peau réagit différemment, bien entendu, mais de manière générale, les huiles à privilégier sont celles qui se situent entre un indice 0 (non comédogène) et un indice 2 (peu comédogène). Gardez aussi en tête que les huiles végétales, lorsqu’elles sont rances, seront comédogènes. Certaines huiles se conservent absolument au frigo ! Je vous ai fait un petit tableau qui récapitule un peu les indices pour les huiles plus courantes.

huiles_tableau-comedogene

pour aller plus loin

Voici quelques liens pour approfondir un peu plus le sujet, si le cœur vous en dit !

Le site de Julien, fondateur du mouvement de la Slow Cosmétique, et plus particulièrement cet article.
Laëtitia avait fait un billet sur les huiles végétales en cosmétique également, je vous le conseille.
Quelques petites idées de quelle huile pour quel type de peau.

où acheter les huiles végétales ?

À Montréal, je me fournis en huiles végétales chez Coop Coco (boutique physique dans Rosemont ou boutique en ligne) ou chez Noblessence (sur le Plateau ou en ligne), suivant les produits que je recherche. En France, je vous avoue que je n’ai jamais eu vraiment l’occasion de me pencher sur la question, mais j’aurais tendance à vous conseiller la boutique en ligne de Slow Cosmétique. Gardez aussi en tête que du moment que tant que ce sont des huiles pressées à froid et biologiques, c’est bon, vous pourriez donc les trouver dans votre supermarché bio !

Le petit cadeau

Comme je saute sur toutes les occasions pour vous mitonner des petits trucs à imprimer, je vous ai préparé des petites étiquettes, si comme moi, vous reconditionnez vos huiles dans des bouteilles en verre ! Les fichiers pdf sont ici (il y en a en format Lettre et en format A4, que je vous conseille d’imprimer sur des planches d’étiquettes autocollantes, sinon ça va être un travail de sagouin, avec de la colle en bâton).

huiles-vegetales_8

huiles-vegetales_1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

22 Comments

  1. Merci c’est top comme routine ! 🙂
    Et du coup le matin tu mets quoi sur ta peau, tu la nettoie un peu où tu mets direct une crème hydratante ?

    Répondre

    1. Merci pour ton petit mot !
      Le matin, oui, je nettoie rapidement à l’eau et je mets de l’huile de pépins de raisin, pareil que le soir ! En général comme je ne me maquille pas le teint, je n’ai pas le souci du « il faut attendre que l’huile sèche pour se maquiller » !
      J’ai enlevé toutes les crèmes hydratantes du commerce de ma salle de bain et je n’ai jamais eu la peau aussi douce et souple.

      Répondre

  2. Je suis comme toi – IMPOSSIBLE de me coucher maquillée. C’est juste impensable pour moi. Dans ma tête, ça va tellement de soi que je ressens toujours une gêne bizarre quand je regarde les vlogs de certaines nanas qui se lèvent en disant « oui, je sais, pas bien de se coucher maquillée, mais je l’ai encore fait… ». Et je suis aussi passée à une routine presque 100% huile depuis quelques mois !
    Pour le démaquillage, j’adore celle d’Emma Noël car elle s’émulsionne à l’eau (ce n’est pas une huile pure, mais belle compo quand même) et ça m’évite de m’arracher la peau avec une serviette humide pour enlever la sensation de gras (j’ai la peau très, très sensible). Je nettoie avec un nettoyant doux de chez Phyt’s, PureChimp ou l’huile nettoyante de Happy Skincare (<3) selon mon humeur. Puis j'utilise une huile pour nourrir – en général argan, noisette ou jojoba, mais j'ai redécouvert l'huile de coco il y a 15-20 jours (je ne l'utilisais plus car j'avais justement eu une mauvaise expérience, ou j'avais l'impression qu'elle était comédogène… je l'ai réutilisée par hasard et elle fait tellement de bien à ma peau que je n'ai utilisée qu'elle ces dernières semaines !). J'aime bien y ajouter des huiles essentielles également, ylang-ylang et hélychrise pour ma part (mon plus gros problème à traiter étant celui des rougeurs).
    Parfois, je regrette de n'avoir qu'une peau, ça m'empêche de tester autant d'huiles que je le voudrais ! 😉

    Répondre

    1. Oh la la, je ne connais pas du tout la marque Happy Skincare, mais ça me donne très envie d’essayer, je vais me renseigner sur ça !
      L’huile de coco, je la garde pour le corps et les cheveux, elle fait des miracles, et ça sent tellement bon. Je ne suis pas encore très calée en HE en revanche, c’est mon prochain pas à faire ! 🙂

      Répondre

  3. Intéressant cet article, merci de partager.
    De mon côté, j’ai 35 ans, peau sensible, fine et à tendance sèche : je me masse le visage avec de l’huile de jojoba bio et mes doigts, sans rincer ni essuyer, même si maquillage et j’ai une peau de bébé au réveil. Cela me convient alors tant pis si ce n’est pas dans les règles de l’art, enceinte j’arrête tout ajout d’HE pour le moment. J’ai confiance dans les huiles sélectionnées par Melvita.
    Le matin c’est eaux florales et crème de jour à la composition propre.

    Répondre

  4. Je trouve le démaquillage à l’huile le plus efficace qui soit !
    Je me démaquille à l’huile d’olive quand ma peau est très sèche, sinon de l’huile de jojoba.
    Par contre une esthéticienne bio m’a conseillée de faire soit le nettoyage à l’eau savonneuse, soit le démaquillage à l’huile. Pas les deux car ça sollicite trop la peau. Tout en s’hydratant après le nettoyage, of course 🙂
    Merci pour ton article, j’adore tes bouteilles en verre !

    Répondre

  5. bel article! je crois que j’ai 3 fois plus d’huile dans ma salle de bain que dans ma cuisine!! lool juste niveau vocabulaire. il me semble que l’huile nourrit et n’hydrate pas. en effet huile et eau sont incompatible l’huile ne peut donc apporter de l’hydratation

    Répondre

  6. OHLALALA! Ca me donne rudement envie d’essayer ça!
    Je galère tellement à nettoyer/hydrater ma peau…

    Du coup on va essayer cette petite routine, voir si ça marche aussi bien voir mieux que mes crèmes à what mille dollars!

    Répondre

  7. Merci pour l’article 🙂 Je ne rate pas un démaquillage non plus et en ce moment ma routine c’est un lait + un nettoyant visage eau thermale mais la compo est pas super clean et dans mes efforts pour réduire mon impact sur l’environnement, j’aimerais aussi changer ma routine.
    J’utilise déjà des huiles végétales pour les cheveux et pour le corps (papye, ricin, abricot …) mais je n’ai pas encore sauté le pas de me démaquiller avec de l’huile.
    J’ai une peau super sensible relou à tout mais ton article me donne envie de tenter ! (en essayant sur un petit bout de peau avant bien entendu 🙂 )

    Répondre

  8. Wouahou, j’ai adoré ton article du début à la fin ! Le ton, tes petites blagues et ta routine ! Je ne jure plus que par les huiles végétales aussi depuis quelques années. Une fois qu’on est passé de l’autre côté, difficile de revenir à une crème traditionnelle… Pour ma part, j’adore l’huile de papaye en été car elle a un toucher sec et équilibre les peaux mixtes et pour l’hiver c’est noisette ou jojoba, mais les possibilités sont infinies… 🙂

    Des bisous !
    Maya Joys
    http://mayajoys.com/

    Répondre

  9. Moi je n’ai pas de chemise à carreaux mais je baisse bien la lunette pour faire pipi (sauf dans les lieux publics où je ne m’assois jamais) (ça muscle les cuisses) (grâce à ça, j’ai beau ne jamais avoir fait de bodypump, j’ai les jambes très musclées- mais c’est peut-être grâce à la danse aussi je ne sais pas).
    À part ça, j’ai adoré ton article évidemment, bon moi aussi je suis une fille à l’huile, mais moi c’est amande douce (une que j’ai achetée en Italie donc c’est forcément la meilleure du monde) pour démaquiller, et jojoba pour hydrater/crème de jour/crème de nuit/crème de tout. Et oh, argan pour le plaisir (mais pas sur le visage), et calophylle pour anti-cernes.
    Coco, j’en mange déjà tellement que je dois avoir un bon pourcentage de mon sang déjà imbibé (voire constitué) d’huile de coco, donc j’évite d’en rajouter une assimilation par l’extérieur.
    Enfin, pour les étiquettes, merci, c’est juste la Perfection au Royaume des étiquettes des huiles.
    Gros bisou huileux. <3

    Répondre

  10. De même impossible de me coucher sans m’être démaquillée et laver les dents. Comme toi, j’ai tenté une ou 2 fois de la jouer cool mais je me sentais tellement sale dans mon lit, j’ai pas recommencé !!
    Je me démaquille à l’huile végétal depuis un an je dirais, en alternant entre huile d’avocat, huile de jojoba, huile d’amande et huile de noix de macadamia. J’ai testé les 2 dernières car je raffole de leur odeur, mais la mieux sur ma peau sèche reste l’huile de jojoba.
    Après je m’essuie avec une petite serviette et je passe un coup d’éponge Konjac avec juste un peu d’eau chaude, un coup de spray d’eau thermale Avène et voila.
    Tu me donnes bien envie de tester l’huile de noisette, rien que pour l’odeur, mais je sais pas trop si ç’est adapté à ma peau.Je vais creuser.

    Répondre

  11. Cet article est un peu parfait. J’avais suivi tes conseils sur twitter et ceux des autres glanés un peu partout et je viens tout juste de commencer à ajouter les huiles végétales dans ma routine, notamment pour le soir après le nettoyage du visage que je fais avec un nettoyant Avène, et après la douche. J’aime m’enduire d’huile de coco, ça sent si bon. Pour le visage (et buste et dos), c’est huile de jojoba notamment car je crois qu’elle régule le sébum et j’ai quelques imperfections ici et là. Tu m’avais conseillé Noyau d’abricot et ce sera la prochaine que je testerai. Par contre, je reprends ce que dis un commentaire plus haut grâce à une discussion avec une des vendeuses d’Aroma Zone (ils ont un site internet super bien fourni, et une boutique à Paris, vraiment hyper cool, et tu peux y trouver tout type d’huile végétale, HE et compo pour faire tes propres cosmétiques, soins, etc.), l’huile nourrit la peau mais n’hydrate pas alors si on veut hydrater la peau, il faut garder l’eau dans son corps et donc avant d’appliquer de lui, appliquer une solution aqueuse (qui est pour moi, un gel d’aloe vera) (mais qui je crois, si j’ai bien retenu, peut aussi être quelques vaporisations d’eau thermale)(j’attendais cet article avec impatience, petit check. Maintenant place à celui pour apprendre à faire une carte :D)

    Répondre

  12. Génial cet article, j’ai adoré te lire. Tes explications sont si claires et si précises en même temps.

    Je garde ça de coté car je pense que ton billet me sera régulièrement utile.

    Répondre

  13. Démaquillage à l’huile ici aussi.
    En ce moment c’est monoï parce que c’est l’été, sinon c’est soit jojoba soit noisette.
    Nettoyage au savon d’alep bio et hydratation avec jojoba ou noisette itou, parfois avec un petit pois d’aloe vera si j’ai la peau déshydratée.
    Je ne peux que te rejoindre sur le bonheur du massage de la peau et sur l’importance de la petite serviette visage propre (par contre je crois sincèrement que mon article sur le bullet journal est plus long parce que je ne sais pas faire court, mais de toute façon tu pourrais écrire 20 pages que je lirais quand même avec plaisir).
    Bises

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *