houmous_sumac_2

Le meilleur houmous du monde.

Alors aujourd’hui, c’est… LA JOURNÉE INTERNATIONALE DU HOUMOUS. Je vous laisse ça là, comme ça, vous en faites ce que vous voulez, mais moi, j’aime beaucoup beaucoup ces initiatives totalement stupides, loufoques et inutiles qui mettent en avant un truc aléatoire et qui permettent, euh, rien, en fait, parce que dans le fond, ça ne sert pas à grand chose, c’est vrai.Toujours est-il que, moi, le houmous, c’est l’un des piliers fondateurs de mon alimentation. Avec le pain au khorasan, la miche Mamie (je suis corpo jusque dans mes tartines, bien sûr), les avocats et les tomates. Je passe rarement plus de trois jours sans manger du houmous et, au risque de trahir mon côté très ménagère, j’ai toujours des pois chiche en trempage sur mon comptoir de cuisine. Voilà, alors maintenant que j’ai totalement démystifié ma vie et que vous êtes tous heureux de savoir que je fais tremper des pois chiche tous les dimanches soir, on peut parler du houmous.

Depuis que je suis végétarienne et que j’essaie de pousser jusqu’au végétalisme, j’ai intégré le houmous d’un autre manière que juste le manger à l’apéro. Les pois chiche sont bourrés de trucs géniaux à l’intérieur, des protéines en pole position, ils sont très peu dispendieux et, si les faire tremper est chiant et que la cuisson est longue, c’est au final juste un peu d’organisation. (Évidemment, ça m’arrive encore d’aller à l’épicerie acheter du houmous Fontaine Santé – parce que c’est le meilleur)(celui au poivre est parfait)(mais je réserve ça pour les apéros-les-vrais.)
Enfin, tout ça pour dire que le pois chiche, c’est fantastique et que le houmous méritait bien sa Journée Internationale, et que pour la peine, voilà ma recette de houmous merveilleux, avec du sumac dedans.

houmous_sumac_3

Il vous faut

– 200 gr de pois chiche crus
– le jus d’1/2 citron
– 2 c.s. de tahini (ou un mélange tahini et beurre de cajou, c’est plutôt délicieux aussi)
– 2 c.s. d’huile de sésame (l’huile d’olive peut fonctionner si elle n’est pas trop parfumée)
– une pincée de sel rose d’Himalaya
– 1 c.c de tamari
– 1 c.c de cumin
– 1 c.c de poivre blanc
– 2 c.c de sumac

la recette

Faites tremper les pois chiche dans un grand grand volume d’eau pour au moins 12 heures. La veille, c’est parfait et si en plus vous pouvez changer l’eau de trempage deux ou trois fois, vous allez vraiment mastériser cette recette. Faites cuire les pois chiche  – pas dans l’eau de trempage malheureux – dans un tout aussi grand volume d’eau (les statistiques ménagères préconisent le double d’eau, mais très honnêtement, je fais n’importe comment)(et oui, je me retrouve toujours en milieu de cuisson à devoir rajouter de l’eau)(mais je m’en fiche un peu, c’est ce qui me sépare de la vraie ménagère des fourneaux). Portez à ébullition l’eau, puis laissez cuire pendant une bonne quarantaine de minutes à petits bouillons. Ne salez surtout pas l’eau, grand fou ! Quand ils sont cuits, égouttez et passez sous l’eau froide.
Une fois que c’est fait, vous êtes face à une grande casserole de pois chiche AVEC LEUR PEAU et vous voulez un grand bol de pois chiche SANS LEUR PEAU.

Vous avez deux options. Soit vous prenez votre mal en patience et vous épluchez les légumineuses une à une (astuce, frottez une belle poignée de pois chiche entre eux, normalement la peau commence à s’enlever), soit vous engagez votre petite soeur, votre petit frère, votre copain, votre maman, votre meilleure amie venue vous aider à préparer l’apéro et vous lui donnez l’ordre d’enlever les peaux pendant que vous lui préparez un drink.

houmous_sumac_4

houmous_sumac_7

Une fois que c’est fait, mettez les pois chiche dans le mixeur. Ajoutez le tahini, le jus de citron, le tamari et l’huile de sésame et mixez. Il faudra peut-être rajouter un petit peu d’eau. Si vous avez un truc fantastique super puissant comme moi (je suis un peu crâneuse avec Jean, mon Omniblend), ça prendra pas trop de temps (commencez à la puissance minimale en prenant soin de bien ramener le tout vers l’intérieur avec le pied mélangeur et une fois que tout est plus ou moins mixé, augmentez la puissance jusqu’à ce que ce soit lisse), si vous avez un blendeur basique, ça prendra un peu de temps et ça ne sera sans doute pas très très lisse, mais on s’en fiche un peu, la vie est plus rigolote quand le houmous n’est pas trop lisse.

Et après, vous pouvez rajouter les épices. J’ai fait un million de test différents : j’adore les épices et j’en mets dans tout, n’importe comment (j’ai beaucoup de chance d’être très instinctive lorsque je cuisine et de réussir à associer les saveurs sans trop me planter)(je suis nulle pour draguer les garçons, laissez moi au moins savoir assembler les parfums d’instinct), celle au sumac est ma préférée, mais notez que si vous remplacez sumac dans le texte par paprika fumé, ça fonctionne vraiment très très bien aussi.

houmous_sumac_1

houmous_sumac_6

houmous_sumac_5

Voilà. Happy Hummus Day, et bisous.

3 Comments

  1. J’adore ton étiquette, tu me donnes envie de mettre une jolie étiquette sur mon bocal de pois chiches. (Mesure le compliment, s’il te plait.)
    Sinon moi je veux bien éplucher tes pois pendant que tu prépares un drink. (Bien que j’avoue que souvent, je ne les épluche pas. Une fois mixés, je trouve qu’on ne sent pas la différence. (Enfin mon palais est peut-être pourri, hein.) (Enfin, on sent un peu la différence, mais à chaque fois je me dis que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Ou que le hummus ne vaut pas l’épluchage. Même si c’est rigolo au fond d’éplucher. On a l’impression d’avoir des pois tout nus dans les doigts. Enfin.)
    Sinon je suis une grande fan de hummus devant l’éternel. Je crois bien avoir testé douze mille versions. J’adore avec du summac aussi, mais je crois que je préfère encore avec du za’tar. Et de l’huile d’olive à la place de l’huile de sésame. Et beaaaaauuucoup de tahini, mais complet. (Le tahini dans le hummus, c’est mon gros progrès sur moi-même, pendant longtemps je ne mettais pas de matière grasse dedans. (main sur l’épaule’ bonjour Céline’) et maintenant, je teste avec toutes les purées d’oléagineux possibles, mais avec du tahini complet, c’est la vie.
    Bref, merci pour ton article, j’ai adoré, comme d’habitude.

    Répondre

    1. Si tu attends un tout petit peu – je suis dessus depuis quelques jours déjà – je vais mettre des petites étiquettes en téléchargement ! 🙂
      Pour l’épluchage, je t’avoue très humblement qu’en général, j’épluche une poignée et je me dis que oh, fuck hein, je vais tout mixer, ça changera rien du tout. (Mais l’acte de déshabiller un pois chiche est quand même vraiment jouissif)(ce commentaire par dans tous les sens).
      En tous cas, je vais essayer avec du zaatar, mais je voulais le faire moi même, mon mélange, parce que celui que je trouve est toujours plein d’huiles pas géniales. Et le tahini complet, j’ai beaucoup de difficulté à en trouver ici, c’est nul nul nul. Je devrais essayer de le faire moi même.
      Et enfin, pour finir, j’ai été forcée de mettre une fois de la matière grasse dedans – c’était pour mes parents et ils détectent très très bien quand j’essaie de leur vendre un truc avec 0 huile dedans, et c’était tellement bon que voilà. Mais je crois que c’est la seule préparation dans laquelle je consens à mettre de l’huile (c’est économique, ma cuisine).

      Répondre

  2. ça a l’air bon !!
    j’ai découvert les pois chiches il n’y a pas longtemps et j’adore ça, je testerai le houmous quand je rentrerai chez mes parents et que je retrouverai leur mixeur !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *