Papermiint_carte-sapin-a-relier_1

{ PaperMiint } la collection de Noël

J’ai toujours été très mauvaise pour faire ma propre publicité, j’ai toujours été très mauvaise pour dire sans sourciller que je suis contente de mon travail et j’ai toujours été très mauvaise pour accepter les compliments à propos du-dit travail.

Je ne sais pas trop si c’est quelque chose qui s’atténue avec le temps, mais j’ai l’impression d’être constituée de 99 % de sentiment d’imposture (le 1 % restant étant attribué à mes grosses fesses, mais du coup, 1 % de grosses fesses, ça fait pas tant alors je vais revoir mes proportions)(je ne sais pas pourquoi c’est cette comparaison qui est sortie)(excusez-moi), alors donc oui, le sentiment d’imposture, qui fait que dès que quelqu’un vous complimente sur votre travail, il y a toujours une autre raison sur qui décharger le succès, oh, vous savez, moi j’y suis pour rien, c’est le feutre noir tout seul qui a tout fait. C’est un peu nul, mais ça fait 28 ans que je fonctionne comme ça, alors il faudra sans doute un peu plus que 2 collections de papeterie réussies pour changer la donne, en attendant, j’apprends à dire merci et j’apprends à dire oui, je trouve aussi.

Papermiint_sapin-de-ma-vie

Voilà donc où je voulais en venir : la deuxième collection de PaperMiint, ma petite papeterie.

Vous savez, quand j’ai reçu mon gros carton rempli de mes petites cartes, j’ai eu un sourire de fierté comme j’ai eu, je crois, une seule fois avant ça : quand on avait reçu le gros carton rempli du premier numéro de Candide, le premier projet dans lequel j’avais mis toutes mes tripes.

J’ai rapporté le carton dans mon salon, les mains prises dans mes cinquante mille autres sacs, mon tapis de yoga, mes clés, mes gants, mon bonnet (il faudrait que quelqu’un me montre un tuto vidéo sur comment sortir de chez soi sans soixante kilos de sacs, ce serait vraiment bien), j’ai tout posé, j’ai fait mes petites affaires (c’est à dire j’ai fait du thé aux bleuets et je me suis lavé les dents), et au bout d’une heure, je me suis dit qu’il fallait que j’arrête de flipper sa race (je suis un peu vulgaire quand je suis toute seule)(je suis très vulgaire, quand je suis toute seule, en fait)(mais je suis juste un peu vulgaire quand je suis pas toute seule), que je prenne des ciseaux et que j’ouvre cette boîte sans trop réfléchir.

Papermiint_etoiles

J’ai ouvert, j’ai souri grand comme ça et je vais vous l’avouer quand même, j’ai pleuré, un petit peu, de joie. Je me suis rappelé les heures passées avec mes stylos et mes carnets à gribouiller des tas d’idées, à raturer, à recommencer, à scanner, à vectoriser. Les litres de cafés, les samedis et dimanches passés enfermée au bureau pour travailler, les moments de découragement aussi, vous savez, quand on est toute seule à imaginer-créer-fabriquer, c’est difficile de juger, de se juger, de décider que maintenant c’est fini, c’est ça, on fait un dernier enregistrer sous « dessin final_V547_pour de bon », ou bien au contraire, on décide que même si on y a passé des heures et qu’on y croyait, non, ce ne sera pas ce dessin, ça ne colle pas, ça ne va pas.
On le range dans un petit cahier quand même, mes profs d’archi m’ont bien appris ça, il faut toujours garder des traces de son cheminement et de ses essais, il y a toujours un moment où un brouillon qu’on croyait inutile servira.

Alors voilà, j’ai souri grand comme ça et je me suis dit une bonne fois pour toutes que j’étais pas si mauvaise, peut-être même un peu bonne dans ce que je fais et peut-être qu’il serait temps de les dire à voix haute, ces mots, quand on me demande ce que je fais dans la vie.

Je fabrique des jolis mots, vous savez, c’est ça que je fais dans la vie.

Papermiint_joyeux-fabuleux

Alors voilà. Vous pouvez retrouver mes petites cartes au Marché de Noël de MMM (mon premier marché de Noël)(je me fais pipi de peur en y pensant)(je suis pas du tout prête), ce samedi 5 décembre, à l’Apt. 200 à Montréal. Toutes les informations sont sur la page Facebook de l’événement. Et si vous n’êtes pas à Montréal, vous pouvez retrouver les cartes sur la boutique Etsy.

papermiint_tambour

Papermiint_mini-deux-mille-seize

Papermiint_assortiment

papermiint_mini-joyeux-noel

Papermiint_sapin-a-relier

22 Comments

  1. Félicitations. Pour tes textes toujours aussi authentiques et profonds que le sont la simplicité et la beauté graphique de ta papeterie. Je t’avoue que je me retrouve beaucoup dans ce que tu écris.

    Répondre

  2. Mais que c’est joli ! Adorablement, féériquement, pailletément joli. Oh oui, évidemment, sois fière de ton travail (dit celle qui a tellement de mal également à faire la promotion de ses réalisations et qui se donne des coups de pieds aux f… pour oser, oser et encore oser. C’est dur, mais nécessaire. ^^ )
    Tes cartes sont très réussies et j’adore tes petits mots si jolis.
    Alors moi aussi, avec paillettes et grosses chaussettes, je te souhaite une très belle fin d’année et de belles fêtes.
    Encore bravo ! ***

    Répondre

    1. Merci, fabuleusement merci aussi !
      C’est si dur d’oser quand c’est pour mettre en avant quelque chose qui est directement un bout de soi-même, mais quand je lis tous vos petits mots, là, j’ai le cœur qui va éclater d’autant de bienveillance.
      Je te souhaite aussi de très belles fêtes !

      Répondre

  3. Olala j’adore, c’est vraiment super joli ce que tu fais ! 🙂
    (pour ton entraînement, personnellement je trouve plus facile d’accepter les compliments par écrit, on peut les lire caché(e) dans son coin, et même sourire de satisfaction, tu vois ?)

    Répondre

    1. Merci Laëtitia !
      C’est vrai que les compliments par écrit c’est un peu plus facile, on a personne pour voir qu’on rougit jusqu’aux oreilles ou qu’on relit dix, vingt fois pour être bien certains que c’est des jolis mots doux en face !

      Répondre

    1. Merci Juliette !
      Moi je milite pour envoyer encore et toujours des cartes de voeux, ça fait tellement de bien de se poser pendant une après midi à souhaiter que des jolies choses aux gens qu’on aime !
      (Évidemment, je fais ça en étant accompagnée de scones et de chaï latté.)

      Répondre

  4. Evidemment, que tu livrerais de France, j’en aurai deja envoyé des cartes venant de toi, et j’en aurais accroché tout partout chez moi. Il te reste pas des invendus d’avant au cas où un jour tu livres de France que je refasse ma tapisserie avec des jolis mots, parce que nom de diou, que tu es douée Camille et touchante, et sincère et drôle, et que j’ai un peu envie de te serrer dans mes bras, et de te dire à quel point tu peux être fière de toi pour ton travail, ton talent, ton art <3 <3

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *